Quel terreau pour la pépinière ?

Présentation du process pour obtenir un substrat destiné à cultiver en mode biologique, les jeunes boutures de myrtilliers issues de micro-propagation.

Pourquoi fabriquer son terreau ?

Au-delà de l’heureuse observation qu’une profusion de matière première issue d’une sylviculture douce pourrait être transformé en terreau, il est moins évident de le mettre en œuvre.
Car satisfaire un tel projet demande d’accepter le temps long. En effet il peut s’écouler près de 2 ans entre la première branche récoltée et réduite en copeaux jusqu’à l’obtention d’un fin terreau pouvant satisfaire le lit d’une nouvelle racine.
Une fois ce temps accepté et considéré dans une démarche de production vertueuse visant à recycler un élagage d’entretien qui pérennise la santé d’un bois, ce sera aussi dans une optique de ne pas utiliser de tourbe importée et extraite à échelle industrielle depuis son écosystème fragile et non renouvelable.

Le graphique ci-dessus figure les étapes de fabrication du terreau au sein de Sphères de Cultures :

Etape 1

  • Défrichage si besoin, ensuite regroupement de branches ou de troncs tombés au sol et suffisamment bio-dégradé. Une fois réduits en copeaux en même temps que les branches issues de l’élagage, ils feront office de levain en colonisant de bactéries et champignons l’ensemble du BRF. Cet apport va initier plus rapidement le processus de compostage.
  • Élagage manuel : dans la mesure du possible non-usage de tronçonneuse, mais d’une scie à élagage afin d’obtenir une cicatrisation nette


Etape 2

  • Un lot de BRF composté au minimum 18 mois sera broyé une seconde fois avant les pluies d’hiver. A cette étape, Les couleurs des fibres végétales blanches ou vertes ont disparu au profit d’une noir assez homogène et filé de mycélium. Ce broyage d’affinage sera très efficace considérant la texture du BRF devenue désormais très souple. Les pluies de ce deuxième hiver arrosant un grain de fibre de bois très fin 1-5 mm, faciliteront le compostage.
  • Une analyse exhaustive (pH, MS, MO, MVC, Conductivité, C, différents type d’N, rapport C/N, P, K, Ca, Mg, S, Fe) du substrat est faite sur chaque lot auprès d’un laboratoire agrée COFRAC. Sur le premier lot de terreau, une recherche de présence des principaux métaux lourds a aussi été effectué : l’usage de munitions en zones humides est désormais règlementé mais il s’agissait de m’assurer qu’une captation de plomb résiduelle ou de nickel aurait éventuellement pu être manifeste dans le système « milieu boisé de zone humide » d’où je prélève principalement la matière première. Tous les résultats pour le Plomb, Cuivre, Molybdène, Nickel et Zinc se sont révélés négatifs. Il faut rappeler par ailleurs que nombreux sont les substrats même bio qui contiennent de la tourbe. Si celle-ci est extraite de tourbière située en périphérie d’environnement urbanisé, elle peut stocker les éléments-traces métalliques via les eaux de ruissellement

 
Etape 3

  • Au cœur du printemps, façonnage du purin d’ortie. Il sera analysé dans le même laboratoire afin de vérifier notamment ses teneurs dans les différents types d’azote. Car ils pourront être nocif pour le système racinaire du myrtillier s’ils sont distribués en excès.
  • L’ultime action avant le rempotage, sera de mélanger le BRF affiné avec le fertilisant et avec le seul intrant que j’utilise à savoir le soufre, pour ajuster le pH au niveau exigé par le myrtillier. Le mélange s’effectue progressivement par volume de 100 litres afin de bien homogénéiser les matières. Un repos de 4 mois minimum sera nécessaire pour que les soufre ainsi que les macro et oligo-éléments du purin aient bien imprégné la fibre de bois sans risquer de perturber le fin chevelu racinaire des jeunes plants.


Ce terreau aura une garantie écologique et qualitative en étant issu d’une sylviculture douce, analysé biochimiquement, façonné pour la plus grande partie manuellement et sans intrants (excepté le soufre).

Un regroupement après défrichage, des éléments de bois les plus bio-dégradés pour constituer le levain.

A l'arrière-plan, se distingue la structure qui protège le verger de myrtilliers.

Tas de branchages fraîchement élagués.

BRF BIOLOGIQUE

Jeune lot de BRF.

BRF BIOLOGIQUE

Gros plan sur la fibre de bois pleinement filée de mycélium.


BRF BIOLOGIQUE TERREAU

Un lot de terreau prêt pour le rempotage.

300 Litres d'orties finement hachées, pour fabriquer le purin.

Broyeur de végétaux attelé au micro-tracteur.